Accueil / Actualités / Edition 2018 / Lacoste Ladies Open de France (LET) : Ricordeau peut y croire

Lacoste Ladies Open de France (LET) : Ricordeau peut y croire

Brillante dans le final, Marion Ricordeau a rendu la meilleure carte du jour (67,-4) pour grimper au deuxième rang du Lacoste Ladies Open de France. Après trois tours, la Française ne compte qu’un coup de retard sur la leader danoise Nanna Koerstz Madsen.

Trois ans après le succès de Céline Herbin à Chantaco, Le Lacoste Ladies Open de France pourrait à nouveau sourire à une joueuse tricolore dimanche. Après trois tours, Marion Ricordeau occupe en effet le deuxième rang de son Open national, à un petit coup de la Danoise Nanna Koerstz Madsen, seule en tête.

Ce samedi, la Française a de nouveau fait parler sa maîtrise parfaite des greens du golf du Médoc pour signer la meilleure carte du moving day. Partie très fort avec deux birdies sur les trois premiers trous, la Picarde a pourtant longtemps vu la réussite la fuir. Après avoir concédé deux bogeys (aux 4 et 10), elle semblait même trop loin des leaders pour pouvoir se mêler encore à la bagarre.

Une fin de partie canon

Marion Ricordeau

Mais la mécanique s’inversait en fin de partie, pour le plus grand bonheur de la centaine de spectateurs venus l’encourager. D’un coup de wedge déposé au mât au 14, Ricordeau lançait un final haletant. « Ce coup m’a permis de me sentir un peu mieux, un peu plus confiante, raconte-t-elle. Paradoxalement j'ai mieux tapé la balle qu'hier, mais je scorais moins bien jusque là. Ce coup de wedge m’a permis de faire mon premier birdie du retour. Ensuite j’ai rentré une douzaine de mètres au 15, puis à nouveau six au 16. Le putter ne m'a pas laissée tomber cet après-midi, c'est chouette ! » Il ne l’abandonnait pas non plus au 18, au moment de transformer son approche à 1,50m du drapeau en birdie.

Avec six birdies pour deux bogeys ce samedi, la joueuse de 32 ans rentrait au clubhouse avec la meilleure carte du jour dans la poche (67,-4) et la position de leader sur les épaules. À -9 total, elle sera finalement dépassée quelques minutes plus tard par Koerstz Madsen (-10) et abordera le dernier tour en position de chasseuse. Ce qui n’est pas pour lui déplaire. « Je n’ai pas l’habitude de jouer la gagne le dimanche donc ce n’est peut être pas plus mal de partir en deuxième position. C’est quelque chose de spécial d’être à la lutte pour la victoire en France. En plus de ça, je suis vraiment fan de ce parcours des Châteaux, j'aime cet endroit et son atmosphère. Le fait d'avoir de bons souvenirs de ce golf me met dans de bonnes dispositions et me fait bien jouer. J’espère que cela continuera demain. »

Un trou-en-1 pour Schaeffer Calmels !

Jade Schaeffer-Calmels

L’autre gros coup du jour est l’œuvre de Jade Schaeffer-Calmels. Auteur d’une partie un peu folle avec cinq birdies, mais aussi quatre bogeys sur ses quinze premiers trous, l’Alsacienne s’est offert un grand moment (et une bouteille de champagne…) sur le 16. Un coup de fer 5 rentré à 158 mètres synonyme de trou-en-1 ! « Un miracle ! s’exclame-t-elle. Je savais que la balle était bien en la voyant partir, et j’ai compris quand j'ai vu les spectateurs crier. Tout le monde s'est mis à crier, et moi aussi ! Je venais juste de faire deux bogeys, et j'ai effacé ces deux erreurs d'un seul coup. » Ce troisième trou-en-1 de sa vie (mais le premier dans un tournoi pro) lui permet de rendre une jolie carte de 68 (-3) et de se rapprocher du Top 10. « J'ai un peu plus attaqué les drapeaux aujourd'hui, c'est pour ça que j'ai fait plus d'erreurs mais aussi plus de birdies. Demain il faudra essayer de faire moins d'erreur et encore plus de birdie ! »

Désormais 15e (-4 total), elle s’élancera dimanche en compagnie d’une autre Française, Céline Herbin. La joueuse du LPGA Tour n’avait pourtant pas bien lancé son troisième tour, avec trois bogeys sur ses huit premiers trous (après un birdie au 2). Mais elle l’a parfaitement bouclée avec une fin de partie sans la moindre erreur. « Je suis revenue de loin, raconte-t-elle. J'ai eu du mal à rentrer dans la partie, mais le birdie du 9 m'a fait du bien. J'ai ensuite réussi à rentrer deux longs putts au 10 et au 11 et j'ai quasiment fait eagle au 14. Finir à -2 en ayant été +2 en début de partie, ce n'est pas si mal. » Suffisant pour y croire dimanche, malgré un déficit de six coups sur la joueur de tête. « Tout est possible bien sûr. Il y a trois ans, j'étais à cinq coups de la tête à neuf trous de la fin et j'ai accroché le play-off... Bien sûr qu'il faudra que je sorte une carte très basse, mais c'est possible. Chaque jour j'apprends à gérer un peu mieux ce parcours, je trouve de meilleures lignes et j'ai le sentiment d'être de plus en plus à l'aise sur les greens. Il faudra juste que les putts tombent un peu plus demain. »

Caudal s’accroche

Anne-Lise Caudal

Une troisième Bleue attaquera le dernier tour aux portes du Top 10. Malgré un début de journée compliqué, Anne-Lise Caudal s’est accrochée pour rendre une carte dans le par (71). « J’ai eu un début de partie un peu en dedans, j’ai eu du mal à trouver mon rythme, analyse-t-elle. Puis j’ai commencé à mieux taper la balle mais, comme hier, je n’ai pas rentré beaucoup de putts. » Avec quatre birdies pour autant de bogeys, la Basque perd six places au leaderboard pour pointer elle aussi au 15e rang (-4 total).

Derrière, Isabelle Boineau et Émie Peronnin réalisent elles aussi de bons moving day. Avec une carte de 70 (-1), la Marseillaise grimpe au 27e rang (-2 total), deux coups devant Peronnin. Un temps à -4 pour la journée, la joueuse du Letas pourra regretter une fin de partie délicate (bogeys 16 et 18) qui la place finalement au 40e rang (par total).

Valentine Derrey suit à la 54e place (+2), devant Manon Mollé (54e,+3), Inès Lescudier (61e,+4), Céline Boutier, Emma Grechi (65e,+7) et Camille Chevalier (68e,+8).


Par Sébastien CACHARD-BERGER
8 septembre 2018