Accueil / Actualités / Edition 2018 / Les belles promesses de Manon Mollé

Les belles promesses de Manon Mollé

Passée pro en début d’année, Manon Mollé réalise une superbe première saison sur le Ladies European Tour. Française la plus régulière sur le circuit depuis le début de l’année, la Bretonne s’est récemment distinguée en décrochant la médaille d’argent aux Championnats européens en compagnie de Justine Dreher.

Manon Mollé
Pour sa première saison pro, la Française occupe déjà la 25e place du Ladies European Tour LET

Son visage ne vous est sans doute pas inconnu. Il y a une dizaine de jours, son poing rageur faisait le bonheur de Nelson Monfort et de tous les téléspectateurs de France Télévision. À 23 ans, Manon Mollé ne dispute cette année que sa première saison professionnelle mais s’est déjà distinguée par sa fougue et des résultats très prometteurs sur le Ladies European Tour. Française la plus constante depuis le début de saison, la Bretonne occupe la 25e place du circuit européen et peut regarder vers le haut après ses débuts très réussis.

Des débuts brillants sur le LET

Cela ne semblait pourtant évident en fin d’année dernière, quand encore amateur elle se présentait à l’épreuve des cartes européennes. Un tournoi qu’elle bouclera à la deuxième place après s’être inclinée en play-off face à l’Américaine Casey Danielson. « Pour être honnête, je ne pensais vraiment pas avoir ma carte, se souvient-elle. Je m’étais beaucoup entraînée et j’espérais le meilleur. L’objectif était de finir dans les cinq premières pour avoir une catégorie pleine sur le LET, mais je ne m’attendais pas à y parvenir. » Avec cinq cartes sous le par, le test est pourtant réussi haut la main.

Passée pro dans la foulée, ce n’est pourtant pas pleine de certitudes que la joueuse formée à Saint-Cloud se présente en Australie pour le lancement de la saison européenne. « Avant de commencer, j’étais très stressée car je ne connaissais pas réellement le niveau des filles, raconte-t-elle. J’avais certes réussi les cartes, mais celles-ci s'étaient disputées au Palmgolf Ourika de Marrakech où je m’entraîne tous les jours. Je me disais que j’avais eu un petit avantage pour réussir… »

Les débuts sont pourtant très réussis. Après un premier cut passé au Oates Vic Open, la Française enchaîne avec quatre Top 25 lors de la tournée du circuit dans l’hémisphère Sud. « Ce premier cut m’a mis dedans. Je me suis accrochée et je savais que je pouvais y arriver. Au fur et à mesure, je me suis rendue compte que j’avais le niveau pour être sur le LET. Plus j’avance dans la saison et plus je me rends compte que je suis à ma place et que je n’ai pas à rougir comme je l’aurais fait il y a six mois. »

Avec ces cinq premiers tournois parfaitement maîtrisés, la transition amateur-pro ressemble presque à une formalité pour la jeune femme. « Il n’y a pas une grande différence entre les deux mondes, explique-t-elle. Si ce n’est que l’on voyage beaucoup plus et que l’on gagne de l’argent. Mais le jeu reste le même. La transition ne se fait pas au niveau golfique mais dans tous les à-côtés, la gestion des finances etc. Il y a plein de choses auxquelles je n’étais pas habituée, comme le fait d’avoir un caddie. J’ai d’ailleurs encore du mal car j’aime bien faire mon truc de mon côté. » Hormis lors des plus gros tournois, ce sont d’ailleurs pour le moment quelques amis ou membres de sa famille qui se relaient sur son sac. Ce qui ne l’empêche pas de performer au plus haut niveau. Fin juin, elle s’est d’ailleurs offert son premier Top 10 avec une belle sixième place en Thaïlande.

En argent aux Championnats européens

Mais le grand moment de cette première saison restera sans doute cette magnifique semaine du côté de Glasgow lors des Championnats européens. « C’était superbe, confirme-t-elle. Je ne m’attendais pas à cette organisation. C’était un peu comme de mini Jeux Olympiques. Le tournoi était fantastique. On a eu une vraie chance de le jouer car le golf n’est pas souvent mis en avant et ce genre de tournoi fait du bien pour l’image de notre sport. »

En doublette au côté de Justine Dreher, l’élève de Julien Forêt se hisse jusqu’en finale du tournoi et offre à la France un final épique en direct sur France Télévision. Menées par la paire suédoise 1 Down au départ du 18, les Bleues prolongent le match en arrachant le dernier trou sur une ficelle à 5 mètres de Mollé. Avant de s’incliner au deuxième trou additionnel après avoir frôlé la victoire sur le trou précédent. « Il y a une petite déception car on aurait aimé aller chercher la médaille d’or et un petit pincement au cœur car cela s’est joué à rien du tout. Mais c’était une superbe expérience et un cela restera un beau souvenir. Quand on a su après coup que nous étions en direct sur France 2, c’était dingue. J’ai pu revoir les images enregistrées par ma famille, c’est super sympa. Cela m’a fait réaliser que jouer pour la France ce n’était pas n’importe quoi ! »

À l’aise dans ce format de jeu éprouvé chez les amateurs, Mollé se verrait bien reproduire l’expérience plus régulièrement. Et pourquoi pas un jour en Solheim Cup au sein de l’équipe européenne… « C’est sûr que ça donne envie. D’autant plus qu’elle sera également disputée à Gleneagles l’an prochain. Jouer pour l’Europe avec l’esprit d’équipe, ce doit être très fort. »

En attendant, la fin de saison s’annonce tout aussi enthousiasmante avec cinq tournois à disputer et l’ambition de boucler l’année dans le Top 20 du LET. « Je vais tout faire pour ça. Et puis, j’ai aussi hâte d’être au Lacoste Ladies Open de France. Même si je vais devoir me canaliser pour rester dans ma bulle car il y aura un peu de monde pour me suivre. » Rendez-vous est pris pour une belle semaine au Golf du Médoc du 6 au 9 septembre prochain.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
22 août 2018